Les guerriers sont toujours là !
Un grand merci au très honorable Seigneur Hertzien pour sa très grande implication dans la structure de ce forum !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Juste pour le plaisir des yeux :)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Juste pour le plaisir des yeux :)   Sam 05 Fév 2011, 18:14

Beaucoup sont des redactions faites pour les cours, les fautes ont été corrigées.



Monde de rêves

Une fille aussi belle et gentille qu’un ange est venue me trouver. Elle a illuminé ma vie et m’a offert les clés d’un palais enchanté. Elle est ma muse, je voudrais des ailes pour l’accompagner au paradis.
Elle m’a fait voir son monde, je veux lui montrer le mien maintenant. Un univers plein d’étoiles, un pays de rêve où règnent mille splendeurs. Sous ce ciel brillant, je voudrais qu’on se tienne la main, que l’on contemple ces points lumineux, preuve de mondes lointains et que ce moment dure plus d’une nuit. Mais voilà, je ne peux vivre avec un être d’une telle grâce. Je m’allonge dans l’herbe, croise les bras derrière ma tête et contemple ce plafond plein de lumières, espérant que je puisse vivre ce rêve.
Une larme, un coup de vent et voilà que je pars dans un profond sommeil.



Halloween

Halloween, les enfants mendiants leurs sucreries étaient enfin rentrés chez eux. Cette nuit, l'ambiance était au rendez-vous. La pleine lune était cachée derrière deux gros nuages, le brouillard était épais et on 'entendait le hurlement des loups au loin dans les montagnes.
Cette nuit là, une ombre sortit dans cette couche camouflante et commença à errer. Seule et silencieuse, elle se déplaçait comme si elle n'avait pas de pieds. Elle s'arrêta alors devant un bois mort. Les arbres avaient déjà perdu leur feuillage depuis fort longtemps, aucune feuille n'était sur le sol et la brume se faisait de plus en plus dense à cet endroit. L'ombre baissa la tête et, toujours aussi furtivement, pénétra dans ce lieu mystérieux.
Une silhouette à peine discernable dans cette épaisse couche de condensation. Au bout d'un moment, la forme mouvante arriva devant un immense bâtiment au toit pointu en trois endroits différents. Plus elle se rapprochait, plus la bâtisse devenait discernable. C'était un vieux manoir laissé à l'abandon depuis longtemps à en juger par l'aspect extérieur. La grille était détachée de ses gonds, une des partie était tombée sur le sol, l'autre tenait encore péniblement, vacillant au gré du vent, faisant retentir un léger bruit de rouille. Un vieil épouvantail avec des vêtements en lambeaux était posté là pour faire peur aux éventuels visiteurs. Sans faire attention, l'ombre se dirigea vers la porte d'entrée et disparu avant d'avoir pu toucher la porte.
Le jour se leva, la brume disparu petit à petit, la journée recommençait encore et encore, toujours la même chose, et personne ne le remarquait.



Mélancolie ( Cours mais très bon Smile )

Te souviens-tu
De ces journées passées
Quand on se regardait
Sans jamais se parler?
On s'est tendu la main,
On n'a pu se toucher.
Et maintenant,
Nous voilà séparés.
Je recherche ton regard,
Dans tes yeux bleus
Je voudrais replonger.
Depuis ce jour,
Nous sommes comme déchirés,
Nous sommes comme isolés.



Union et question

Une nouvelle journée commence. Le soleil se lève, éclairant cette sombre pièce faisant ainsi étinceler l’armure. Le seul rayon solaire qui passait à travers les tentures violettes suffisait à faire briller le casque et la cotte de platine aux bordures dorées.

La lumière se reflétait dessus et partait vers un lit sur lequel on devinait la forme de quelqu’un encore somnolant. Ce corps, encore inanimé si on exceptait la lente respiration chronique, se mit à bouger. Il passa de la position couchée sur le coté gauche à la position, toujours couchée, sur le dos. La chaleur de la lumière matinale réchauffa une cicatrice descendant de l’oreille jusqu’au milieu de la joue.

Un œil s’ouvrit, suivi du deuxième. L’homme qui était allongé regardait à présent le plafond de bois de ses yeux verts jaunes. Il resta ainsi sans bouger pendant plusieurs minutes, réfléchissant à la journée qu’il allait avoir. Il passa une main dans ses courts cheveux bruns et s’assit finalement sur le bord du lit, posant ses coudes sur ses genoux et se tenant la tête des deux mains.

« Pourquoi ? Se demanda-t-il. Pourquoi m’avoir choisi moi ? »

Finalement, il se leva et alla plonger sa tête dans une bassine d’eau posée sur une vieille commode assez robuste malgré l’âge. Il se redressa, le visage dégoulinant et s’essuya avec le linge blanc posé à coté de la bassine d’eau.



Il alla ensuite ouvrir les tentures et laissa les rayons du soleil frapper son torse nu. Il avait un tatouage d’aigle sur le muscle pectoral gauche abimé par une autre cicatrice couvrant la totalité de son buste en une diagonale maladroite. Après une petite absence à contempler le paysage vierge de la plaine s’étendant derrière le château, il se retourna et enfila son armure. Prenant son casque en main, il se dirigea vers la sortie de sa chambre. En ouvrant sa porte, il vit deux jeunes chevaliers postés comme à leur habitude chacun d’un coté de la porte, se tenant bien droits. Ce matin, ce n’était pas les même qu’à l’accoutumée, mais le chevalier n’y fit pas attention et traversa le couloir, marchant sur le tapis rouge richement brodé. Ses pas résonnèrent légèrement, atténuant le cliquetis de sa tenue à chaque fois qu’il bougeait un bras ou une jambe.



Bientôt, il arriva devant les portes de la salle du trône. Ces deux grandes et lourdes portes étaient encore fermées et étaient gardées par deux gaillards bien bâtis. En les regardant de loin, on aurait dit des jumeaux. Ils portaient la même tenue de gardes royaux, ils avaient exactement la même taille et le même visage carré surplombé par des cheveux noirs coupés courts. Droits comme des piquets, ils ne bougèrent pas à l’arrivée du chevalier de platine.





Celui-ci soupira, enfila son casque auquel il avait attachée de grandes plumes blanches retombant à l’arrière et poussa les portes menant au trône. Une fois qu’il fut entré, les deux gardes refermèrent la porte et reprirent leur position stoïque. Le chevalier s’avança jusqu’aux marches devant son roi et s’agenouilla avant d’enlever son heaume tête baissée. Le roi et la reine le regardèrent et lui dirent de se relever.

-Aujourd’hui est un grand jour chevalier. Dorénavant, vous n’aurez plus à subir de telles formalités. Relevez-vous, ordonna le roi.

Le chevalier se releva et regarda le couple royal assis sur leurs trônes. La reine prit la parole.

-Notre fille vous a choisi, rejoignez la dans la cour et unissez vous devant le Seigneur.

A ces mots, le jeune homme en armure baissa la tête et la tourna.

-Je ne peux accepter de prendre sa main, je ne suis pas digne d’une telle générosité.

Le roi se leva et posa sa main sur l’épaule du jeune homme.

-Nous savons tous deux ce que vous êtes capable de faire, vos exploits, ce n’est pas quelqu’un d’autre qui les a fait, votre façon d’être, c’est ce qui a plu à ma fille…alors acceptez sa main et ne doutez pas de vous. Si elle vous a choisi c’est qu’elle vous a jugé digne d’elle, ne la décevez pas maintenant. J’ai parlé, maintenant nous allons à la cérémonie, nous vous attendrons à l’heure prévue mon ami.



Le couple souverain quitta alors la salle, laissant le chevalier seul avec ses pensées. Pendant une heure il resta là, debout devant les deux trônes vides à se repasser ses idées en tête. Quand le clocher de l’église sonna onze heures, le chevalier apparut dans la cour vêtu de son armure brillante. Peu de temps après, la princesse arriva. Sa longue robe blanche trainait derrière elle, les personnes présentes lançaient des pétales de rose sur le passage de la princesse.

Son doux visage souriait, ses longs cheveux noirs détachés faisaient ressortir le blanc de sa peau. Elle ne portait ni voile, ni gants contrairement aux riches demoiselles qui se mariaient. Elle avait préféré une tenue simple, elle ne pensait pas comme les autres, c’était ce qui avait marqué ce chevalier et il retrouvait cette particularité ce jour là.

Se retournant vers le curé, il souriait en lui-même, malgré les doutes, il était heureux de pouvoir enfin être avec elle. Bientôt, elle fut à ses cotés. Il tourna la tête et vit qu’elle le regardait avec le plus beau de ses sourires. Rougissant légèrement, il regarda à nouveau le marieur.

Celui-ci fit une belle noce et tout se passa bien, les mariés furent heureux, la fête dura tout le reste de la journée et se poursuivi jusque tard dans la nuit. Les gens rentrèrent chez eux heureux d’avoir participé à cet évènement et tout le monde se reposa, le lendemain il faudrait reprendre les activités normales.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Juste pour le plaisir des yeux :)   Sam 05 Fév 2011, 18:19

Dernier texte fait en français, il fallait rédiger une lettre à la manière de V.Hugo quand il a écrit à sa fille léopoldine Wink voilà ce que j'ai rendu à la prof :
(j'ai enlever la date et la signature.)


Ma chère Alisson,

Me voilà parti, pour un voyage que je ne pouvais éviter. Je t'ai quitté il y a seulement deux heures, mais déjà mon coeur en pleure. Je me sens comme un enfant privé de sa peluche fétiche, je suis en manque de ta présence.

Il nous faudra pourtant tenir deux longues années, si loin l'un de l'autre, mais je n'ai guerre laissé mon amour pour toi sur le quaie, il voyage avec moi, et hante toujours mon corps.

Alisson, ma chère et tendre, ne vois en cette lettre ni tristesse, ni désespoir, mais plutôt l'expression de sentiments qui te sont destinés, et à chaque larme que tes yeux tenteront de déverser, sache qu'où je sois, toutes mes pensées seront pour toi. Pensées qui ne cesseront nul jours.

A très bientôt ma douce, je ne manquerais pas de t'écrire chaque nouvelle journée, et je reviendrais dans deux ans, comme je suis parti. Ne cesse jamais de m'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Juste pour le plaisir des yeux :)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour le plaisir, Mackaya bella à contre jour
» Pour le plaisir des yeux...
» Simplement la boite..., juste pour le plaisir des yeux!
» Quelques photos juste pour le plaisir des yeux...
» Juste pour le plaisir.....MP.... quand tu nous tiens !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legendary Gardians :: Place publique :: LE COIN DES RP...-
Sauter vers: